Maladies cardiovasculaires : facteurs de risques et prévention

Les maladies cardiovasculaires reconnaissent une étiologie multifactorielle, c’est-à-dire que plusieurs facteurs de risque. Ceux-ci contribuent simultanément à leur développement. Les facteurs de risque sont des caractéristiques qui augmentent la probabilité de développer la maladie. Ainsi, il est possible d’éviter les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux en prévenant les risques de leur survenue. Voici alors les facteurs de risques et les recommandations pour la prévention.

Des facteurs de risques des maladies cardiovasculaires

Les maladies ou troubles cardiovasculaires peuvent se développer en raison de plusieurs facteurs. Voici quelques-uns.

A lire également : Faites plaisir à votre meilleure amie avec un cadeau original !

La mauvaise alimentation

Trop manger et de manière déséquilibrée peut entraîner un surpoids, une obésité et une hypercholestérolémie. De même, comme on le présente sur le site MDHP, une consommation excessive d’alcool est susceptible d’augmenter la pression artérielle. Ceci favorise aussi l’obésité et par la même occasion les risques cardiovasculaires.

Le tabagisme

Le tabagisme est certainement l’un des facteurs les plus dangereux. Il augmente l’agrégation plaquettaire et accroît le risque de formation d’athérosclérose. De plus, la nicotine accélère le rythme cardiaque et augmente la tension artérielle. En outre, les fumeurs ont un risque accru de développer des maladies chroniques graves.

Lire également : Achetez une montre Michael Kors pour une femme et obtenez un style élégant et sophistiqué

Le stress et la sédentarité

Le stress affecte négativement le mode de vie et peut conduire à manger de façon inadéquate et à fumer. Il accroît aussi la tension artérielle plus élevée. Outre cela, un mode de vie sédentaire, c’est-à-dire : ne pratiquer aucune activité physique est l’un des risques majeurs.

Cela a en fait un impact sur la circulation et provoque l’hypertension, l’insuffisance veineuse ainsi qu’une prise de poids. Certains troubles articulaires et osseux apparaissent également.

Les maladies chroniques

Les patients atteints d’une hypertension artérielle non traités de manière adéquate courent un plus grand risque d’avoir une crise cardiaque. Il est aussi possible qu’un accident vasculaire cérébral survienne.

L’hypertension sollicite le cœur et le rend moins efficace. Enfin, le risque de maladies cardiovasculaires est beaucoup plus élevé chez les personnes atteintes de diabète.

Les recommandations pour la prévention

La prévention cardiovasculaire consiste essentiellement à éviter les facteurs de risques et donc à améliorer le style de vie. Pour ce faire, préférez les aliments d’origine végétale, riches en fibres, les vitamines, les antioxydants et les sels minéraux. De plus, limitez la consommation de graisses animales (beurre, saindoux, fromage et viandes grasses). Évitez aussi la margarine.

Consommez de préférence des huiles d’origine végétale, notamment l’huile d’olive, mais évitez certains types comme l’huile de colza. Consommez de préférence des viandes blanches et rouges faibles en gras (blanc de poulet, lapin, filet de bœuf, etc.). Remplacez la viande par du poisson au moins 3 à 4 fois par semaine.

Par ailleurs, remplacez la viande par des légumineuses au moins 3 à 4 fois par semaine. Limitez ou supprimez la consommation de boissons alcoolisées. Une consommation modérée (30-40 g d’alcool par jour pour les hommes et 20-30 g pour les femmes) est tolérable. Évitez la consommation de sel dans les aliments, surtout si vous souffrez d’hypertension artérielle.

Apprenez à lire les étiquettes des aliments préemballés et rappelez-vous que les ingrédients sont énumérés par ordre de quantité. Par exemple, si le libellé graisses végétales apparaît parmi les premiers, cela signifie qu’il y a un pourcentage élevé. Évitez au maximum le stress et adoptez un mode de vie actif. Préférez l’escalier à l’ascenseur, le vélo à la voiture, le sport à la télé. Arrêtez surtout de fumer.

Les symptômes à surveiller pour détecter une maladie cardiovasculaire

Les maladies cardiovasculaires sont souvent silencieuses et asymptomatiques jusqu’au moment où l’affection est avancée. En prenant conscience de ces signaux d’alerte, vous pouvez détecter une maladie cardiovasculaire à temps. Les symptômes courants incluent la douleur thoracique (angine de poitrine), qui peut être ressentie comme une pression ou un serrement dans la poitrine, le bras gauche ou les mâchoires.

D’autres symptômes comprennent des difficultés respiratoires, une fatigue accrue pendant les activités physiques et des palpitations cardiaques ou des battements irréguliers du cœur (arythmie). Vous pourriez aussi ressentir des vertiges soudains ou une perte temporaire de conscience. Ces symptômes peuvent indiquer un problème cardiaque sous-jacent. Si vous remarquez l’un de ces signaux d’alerte, il faut agir.

Il faut noter que certains symptômes particuliers sont plus fréquents selon le type spécifique de trouble cardiovasculaire dont il s’agit. Par exemple :

• Dans le cas d’une cardiomyopathie, causée par un muscle cardiaque anormal, les patients peuvent souffrir d’un essoufflement lors d’exercices physiques mineurs.

• Lorsqu’il s’agit d’athérosclérose, due au rétrécissement progressif des artères coronaires à cause de plaques graisseuses qui se forment sur leurs parois internes, la douleur thoracique peut être réveillée par l’effort ou le stress, et soulagée en se reposant.

• Le syndrome de Brugada, une anomalie génétique qui affecte les cellules cardiaques spécialisées dans la conduction électrique du cœur, peut provoquer des perturbations dangereuses du rythme cardiaque.

Un diagnostic précoce est essentiel pour éviter que le trouble ne s’aggrave et ne compromette le pronostic vital à long terme. En particulier, si vous avez des antécédents familiaux de maladie cardiovasculaire ou si vous présentez des facteurs de risque associés tels que l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie ou le diabète, il est recommandé de consulter régulièrement un cardiologue pour effectuer une évaluation complète et détecter toute anomalie dès que possible.

Les traitements et les options de prise en charge pour les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires

Les options de prise en charge pour les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires dépendent du type et de la gravité de l’affection. Ceci dit, il y a des éléments généraux à considérer selon le cas :

• Pour les patients qui ont une hypertension artérielle ou un taux élevé de cholestérol, le traitement repose sur la modification des habitudes alimentaires et du mode de vie (par exemple : réduire leur consommation d’aliments gras et salés, augmenter leur activité physique), ainsi que sur l’utilisation d’un traitement médicamenteux.

• Dans les cas plus graves où un trouble cardiaque est déjà installé, comme dans le syndrome coronarien aigu (SCA) ou l’insuffisance cardiaque congestive, il peut être nécessaire d’avoir recours à différents traitements tels qu’une intervention chirurgicale ou la prise régulière de certains médicaments prescrits par un professionnel qualifié.

• Lorsqu’il s’agit d’une arythmie cardiaque très sévère ou difficilement gérable avec des traitements conservateurs tels que les antiarythmiques classiques, une ablation par cathétérisme peut permettre au patient une amélioration notable.

Lorsqu’un trouble cardiaque est avancé au point qu’il ne puisse pas être soigné avec seulement des changements aux habitudes alimentaires et modes de vie accompagnés du traitement pharmaceutique approprié, une intervention chirurgicale pourrait être envisagée. Il existe plusieurs types d’interventions chirurgicales pour les maladies cardiovasculaires :

• La réparation ou le remplacement de la valve cardiaque, qui peut être nécessaire en cas de sténose (le rétrécissement d’une valve), d’insuffisance (la fuite du sang dans la direction opposée) ou de prolapsus (un affaissement excessif des tissus valvulaires). Cette intervention est généralement recommandée lorsque les symptômes sont sévères et que les médicaments ne suffisent pas.

• Le pontage coronarien, une procédure qui consiste à contourner un vaisseau sanguin bloqué en greffant une section de veine prélevée sur une autre partie du corps. Cela permet au flux sanguin de contourner l’artère obstruée et d’améliorer l’apport en oxygène au muscle cardiaque.

• La pose d’un stimulateur cardiaque, une petite machine implantable sous la peau dans le thorax, qui délivre des impulsions électriques régulières pour aider à contrôler les rythmes cardiaques irréguliers.

Après avoir subi une intervention chirurgicale majeure ou après avoir été hospitalisé pour une crise cardiaque grave, il est souvent recommandé aux patients de suivre un programme complet appelé « réadaptation cardiologique ». Ce type de programme combine un exercice physique léger supervisé avec des instructions strictes sur la modification des habitudes alimentaires et modes de vie. L’exercice physique aide non seulement à renforcer le cœur, mais il peut aussi aider les patients à réduire leur stress et leur anxiété. Le programme de réadaptation cardiaque est généralement supervisé par un physiothérapeute ou un cardiologue qui surveille l’état du patient tout au long du processus.

La prise en charge des maladies cardiovasculaires dépend principalement de chaque cas individuel. Pour prévenir les maladies cardiovasculaires et/ou avoir une prise en charge efficace lorsque cela est nécessaire, il est capital d’avoir un mode de vie sain et régulier (alimentation équilibrée faible en gras saturés et en sel, activité physique modérée) et un suivi médical régulier avec son médecin traitant.