Pourquoi choisir de travailler chez Leclerc ?

Cinq ans à Leclerc, mon témoignage Lundi 21 Novembre 2016

A lire aussi : Comment une fille de 18 ans doit s'habiller ?

Cinq ans chez Leclerc, mon témoignage en tant qu’employé ou travailleur en libre-service comme on dit chez Leclerc. Nous allons parler de l’atmosphère, travailler du point de vue d’un simple employé, ainsi que le grand patron qui semble être le patron préféré des Français

A découvrir également : Comment décrire Londres ?

Souvent, les reportages sur « Leclerc » sont vus de l’extérieur par des journalistes qui n’ont jamais eu d’expérience professionnelle dans un magasin et ne savent donc pas de quoi ils parlent, les points de vue exprimés concernent les fournisseurs, mais rarement le travail des petites mains de Leclerc.

Je vais donc vous dire aussi fidèlement que possible quelle était ma vie d’ouvrier dans l’un des « Leclerc » de France, la vie d’une petite main.

À la fin de 2010, j’ai commencé à travailler dans ce « Leclerc » en tant qu’employé du département libre-service, qui est à savoir employé de supplément, celui qui met sur l’étagère et contribue à la livraison des marchandises pendant la matinée, le plus bas de l’échelle. J’avais mon CDI quelques mois après assez facile, si j’avais su ce qui m’attendait, j’aurais probablement refusé.

Le travail commence à 5 heures du matin et se termine habituellement à la fin de la matinée parce que vous devez savoir qu’à « Leclerc » nous travaillons six jours sur sept (6/7) Côté heures de travail , c’est-à-dire du lundi au samedi inclusivement, et il n’y a généralement pas de jours de congé hebdomadaire parce que l’horaire est vous faire six heures de travail par jour parce que 6×6=36 heures. Demander un jour de congé est possible, mais vous avez besoin d’une raison valable et, bien sûr, insister fortement. Le travail du samedi est évidemment obligatoire et non négociable en raison du chiffre d’affaires élevé du week-end.

En général à la fin de la semaine le dimanche (seulement le jour de repos) on est épuisé et l’après-midi en semaine est principalement dédié au repos, impossible de faire quoi que ce soit si vous obtenez jusqu’à 4 heures pour travailler à 5 ou alors vous devez supporter la fatigue le reste de la journée. Nous avons cette sale impression que nous vivons en permanence dans le magasin, nous rêvons aussi du magasin.

Les ponts n’existent presque pas dans la distribution de masse, et les jours fériés sont souvent des jours ouvrables. La boutique est ouverte le dimanche en période d’été ou de Noël.

Les temps de pause sont respectés au moins dans le « Leclerc » où j’ai travaillé je n’ai remarqué aucune tromperie sur la loi ou la fraude. Les jours fériés et dimanches sont doublement payés ou recouvrés et on demande toujours à l’employé s’il est disponible dans une certaine mesure.

À propos de l’œuvre En général, les anciens employés refusent de travailler dans l’après-midi et à juste titre ! parce que vous devez gérer le flux des demandes des clients, le téléphone pour les caisses, l’étagère, le tri et le nettoyage tout en étant pratiquement seul… Bref, un vrai cauchemar quand ils sont à environ dix heures du matin et que vous êtes dans l’après-midi sont tous seuls, vous êtes considérés comme du bétail et le travail se transforme en esclavage pour vous après la journée.

Donc mon travail était de prendre soin de l’étagère le matin, nous avons loué à 5 heures, la première chose à faire était de trouver un transpalette de libre, ramasser les palettes dans le réfrigérateur et démarrer l’étagère, à nouveau approvisionner jusqu’à l’ouverture du magasin qui a eu lieu à 9 heures du matin pour faire un visage avant l’arrivée des premiers clients.

Selon la relation que nous avons eue avec les responsables, il pourrait y rester ou se retrouver avec des sanctions. Sanctions qui n’ont fourni aucune preuve formelle de la personne responsable. Il était donc possible au pire de se faire virer (je ne l’ai jamais vu auparavant) ou d’obtenir sa prime raccourcie à cause de quelques produits mal placés, avec un système de points complexes que je n’ai jamais compris.

En général, il a été appelé pour une fonction étroite avec la fonction adjoint, le chef de département, le directeur et l’autre ont dû expliquer et présenter des excuses sous les reproches des responsables . On pourrait aussi demander une « culture » avec des questions probablement posées à l’avance et avec un regard paternaliste et rassurant :

« Donc, depuis que vous êtes rentré de vacances, nous vous trouvons fatigué, êtes-vous inquiet pour votre vie personnelle ? (…) »

ou

« De votre point de vue, pensez-vous que vous jouez ? parce que nous pensons que vous êtes mal performant et nous sommes inquiets pour vous (…) »

ou

« Lequel de vos collègues est le moins rapide ? soyez honnête qu’entre nous restera (…) vous savez que vous pouvez compter sur nous »

« Le bureau de Guestapo » dit mes anciens collègues.

J’ ai vu des travailleuses pleurer dans ces « interviews musculaires ».

Ce qui me fait dire que l’homme n’est pas la priorité et que nous l’employé doit se briser si nécessaire, les têtes d’avion ont carte blanche.

Personne ne parle de cela, pas même entre collègues, c’est la loi du silence, on est indigné, mais en silence parce qu’en parler ouvertement et se plaindre prend le risque d’être convoqué ou congédié.

Il était « interdit de parler » entre collègues, interdit de parler trop longtemps avec les clients et avec la caissière, interdit de mettre de la musique même de cinq à neuf heures. La direction nous épique constamment, il est arrivé que le directeur ou le chef du département nous demande pourquoi d’une conversation.

La moindre remarque négative d’un client était suffisante pour une assignation dans les bureaux, l’employé secondaire a fait face à l’opinion du client, les pénalités étaient verbales.

Les syndicats n’existent pas à Leclerc, (par la forme juridique de Leclerc) il faut seulement et entre collègues, jongler les uns avec les autres et mal les uns aux autres moralement à l’appui, les délégués syndicaux sont proches de la direction, de sorte qu’il est vain de compter sur leur aide.

Certains employés doivent prendre l’initiative de contacter les collectifs près de Carrefour et Auchan (FO-CGT) pour être entendus parfois, ils finissent par démissionner ou démissionner par l’entreprise… ne restent pas, et rien ne change.

À propos du salaire Le salaire est le SMIC auquel s’ajoutent : billets de restaurant, un treizième mois, une prime de participation et une prime, ainsi qu’une petite prime au travail. Chaque bonus est selon la bonne volonté du patron, parce que les centres « Leclerc » sont principalement indépendants.

Ce n’est pas un cadeau gracieux du propriétaire, il a l’obligation de donner un certain pourcentage du revenu net (participation aux intérêts), mais les chefs de département en font un cadeau d’avoir une entreprise qui favorise les employés en leur donnant des bonus qu’ils ne trouveront pas ailleurs.

La pression psychologique des responsables,

La prise de l’entreprise qui met ce côté paternaliste à l’ouvrier et le met sous pression constante est un fait que j’ai pu observer les cinq années passées dans ce « Leclerc » et qui est marginalisée, voire banalisée. Ces méthodes agressives entravent le travail et pénalisent la productivité, comme beaucoup de travailleurs Dépression, arrêter la maladie qui punit les autres, cela conduit à l’agressivité entre collègues et délires, indirectement encouragés par la Direction . Par conséquent, l’adage « diviser et mieux gouverner » est appliqué magnifiquement dans l’entreprise.

L’ une des méthodes que j’ai observées dans la pratique est d’isoler les travailleurs réfractaires : on isole un employé l’après-midi en effectuant des tâches humiliantes, comme écrire tout sur son travail et faire rapport à l’administrateur général du ministère. Cela réduit également la productivité de l’employé qui perd du temps à tout remarquer ! et l’abaisse psychologiquement.

À propos de Michel Edouard Leclerc Je ne connais pas ce monsieur, mais quelque chose me dérange dans ses déclarations, en tant qu’ancien employé « Leclerc », donc j’ai décidé de lui mettre quelques mots spécifiquement.

Parfois, entendre des histoires sur certains « Leclerc », hôtesses caissières gracieusement merci parce qu’ils ont pris un bon ou mis des articles de leur famille et amis sur la carte de fidélité, ou quand dans certains magasins comme je l’ai lu dans les journaux, des caméras sont présentes dans la cafétéria et dans les couloirs de personnel.

Sans parler des scandales qui se produisent habituellement dans la distribution de masse, tels que le harcèlement moral, etc.

Michel Edouard Leclerc se défend derrière l’association des membres « Leclerc » (les propriétaires) en disant essentiellement ce message : « Ce sont leurs magasins, ce n’est pas ma faute c’est d’eux, ils sont indépendants » le célèbre roi sans royaume d’une coopérative d’indépendants, c’est le discours officiel du président.

Sauf que les magasins sont organisés comme un cartel géant , ce qu’ils ont besoin de mettre ou non ce qu’ils devraient placer ou non et qui ils devraient recruter, sauver exactement les gestionnaires et les directeurs de département, de sorte que les PDG de ces magasins se réunissent en une réunion pour discuter de tous ces points spécifiques et de la politique.

Les cadres sont activement recherchés par les entreprises de recrutement directement sur leur lieu de travail, imbattable de Carrefour et Auchan pour travailler pour « Leclerc », on peut dire que pour les personnes qui sont déjà bien formés dans la profession, l’homme est secondaire et figure priorité. Station au chef du département qui serait trop humain avec ses employés ! ils finissent par se retrouver avec des syndicats en conflit avec leur ancien patron.

Chez « Leclerc » il y a un système de parrainage « héritiers externes » et il ne peut pas se cacher derrière les membres parce que c’est l’un des rouages les plus importants de ce système, il est responsable des personnes qu’il embauche, il est le gestionnaire des employés qui validera les conducteurs qui valident ensuite les chefs de secteurs/ les chefs de département qui valident les délégués, puis les employés à la fin de la chaîne. Enfin, l’entreprise est à l’image de son directeur.

La promotion interne des petites mains promise par Leclerc n’existe pas

… ou vraiment très peu, parce que, comme je l’ai dit plus haut, ce sont les sociétés de recrutement qui expulsent le « bon » candidat, la preuve est que toutes les demandes du petit personnel à développer sont classées comme un simple assistant de rayon sans autre action de la direction, ce qui favorise quelqu’un à l’extérieur. J’étais dans en mesure d’observer peut-être une ou deux promotions internes en cinq ans de travail dans d’autres ministères, mais dans ceux où j’ai travaillé pendant plus de cinq ans, j’ai pu assister à la défilé de trois chefs de département et de cinq sous-ministres, mais aucun de mes anciens collègues qui ont postulé à ce poste n’a jamais été enlevé. En général, ces personnes sont recrutées en dehors de la région.

D’ autre part, il y a beaucoup de gens avec vingt ou trente ans de boîtes qui continuent à stocker des caisses ou des plats. Vous, les clients, vous devez le voir correctement.

Je les appelle les morts vivants parce qu’ils sont morts professionnellement, pas de développement de carrière, ils sont acides et attendent avec impatience la retraite.

Épilogue : J’ ai essayé de recueillir tout ce que je pouvais condenser de mes souvenirs pour les partager avec vous au mieux, ce n’est pas une question, et je le répète, de tirer à la société « Leclerc », mais de partager à tous les points des souvenirs exacts et observait des faits sans mentir ni exagérer les choses…

Note : Le pouvoir de grève de la société Leclerc s’explique par plusieurs choses : une faiblesse de la législation pour les employés parfois désarmés contre leurs patrons, une multitude de partenaires (association de membres) qui se soutiennent comme un cartel de distributeurs contre les fournisseurs et producteurs locaux, et enfin une présence régulière du PDG dans les médias (Internet TV), qui va jusqu’à négocier les prix avec l’Élysée.

Merci de m’avoir lu, sincèrement.

Lire l’article complet

Show Buttons
Hide Buttons